Lee Byung Hun French Fan-Site.
Bienvenue sur le Fan-Club français de la star Sud-Coréenne Lee Byung Hun.


Fan-Club français de l'acteur Sud-Coréen Lee Byung Hun.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview L.A. Times

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valee
VIP
VIP


Messages : 263
Date d'inscription : 02/07/2011

MessageSujet: Interview L.A. Times   Dim 7 Oct - 21:16

Une star du film coréen brille à L.A



Lee Byung Hun a laissé ses empreintes dans le ciment devant le Graunam Chinese Theatre un peu plus tôt cette année et était il y a peu a LA dans l'attente de la première de son dernier film, « Masquerade »サ qui connait un gros succès.

C'est un jour typique du Bervely Hills Four Seasons, Clint Eastwood signe des autographes en dehors de l'hel devant la fenêtre un rassemblement de fans, A l'intérieur du bar, personne ne lance de regards au bel acteur à la chevelure ébouriffée, Lee Byung Hun,qui parait peu sûr de lui lorsqu'il parle tranquillement en anglais, il arrête,



Puis ensuite, il se tourne vers la traductrice et il lui parle en coréen, son comportement change entièrement, Sa voix devient plus profonde et plus forte, il s'assoit pus droit et ses yeux brillent,

Tout d'un coup on comprend pourquoi Lee est appel・le Brad Pitt coréen,On ne peut s'empêcher la comparaison avec son regard de braise, son charme plaisant et son statut de méga-star en Corée du Sud, A Seoul il est certainement le premier a être entourépar des fans,

Son dernier fim « Masquerade « est un succès fou en Corée du Sud, c'est le film le plus ambitieux et de grande portée et celui qui l'a certainement propulsé à un nouveau niveau de popularité aux Etats-Unis,

Cette année Lee 42 ans qui tourne depuis 22 ans mais n'a pas percé dans un film américain jusqu'en 2009 dans le rôle du Ninja Storm Shadow dans "GI Joe"the rise of Cobra, il a ses empreintes immortalisées dans le ciment devant le Grauman Chinese Theatre.(Lui et la grande star Ahn Sung-Ki sont les seuls coréens à l'avoir fait)

"Je ne m'autorisais pas a rêver d'Hollywood il y a encore quelques années" dit Lee,"Je ne m'attendais pas à ça, c'est juste arrivé si soudainement. C'est comme un rêve".

Ce mois ci, il commence son prochain projet "Red 2" qui commence ce mois ci à Montréal et a pour vedette Bruce Willis, Anthony Hopkins, John Malkovich et Catherine Zeta-Jones.Lee est accablé à l'idée de travailler avec ces poids-lourds des succès.

"Ce sont tous des acteurs que j'admire et que je voudrais être, se sont des experts."dit il "Je suis vraiment nerveux d'être le plus jeune".

Quand nous lui faisons remarquer qu'aux Etats-Unis être le plus jeune est considéré comme un avantage, Lee a un sourire.C'est différent en Corée du Sud, où l'on attache beaucoup d'importance à l'âge et à l'expérience.

Quelques heures après avoir quitté le "Four Seasons", Lee marchait sur le tapis rouge pour la première américaine de "Masquerade" au "County Museum of Art's Bing Theater" de Los Angeles. Un groupe de fans coréens et américains très énervé atteint de Lee Mania était présent Lee est habitué à ça lorsqu'il est chez lui.

Cela a pris plus d'une demi-heure à Lee pour faire 20 mètres jusqu'aux portes du théâtre. Habillé d'un élégant costume noir, d'une chemise blanche et d'une cravate, Lee semble calme et relax pendant qu'il fait son chemin à travers la foule. Avec un franc et honnête sourire, un regard noir et intense, ses pommettes ciselées et sa coiffure parfaite, le ne laisse pas percevoir son épuisement, qu'il admet ressentir après avoir fait plusieurs interviewes en anglais un peu plus de 5 heures auparavant dans la journée (cette besogne qui dit il le fait se sentir "stupide").

"Masquerade" est le premier film historique et marque aussi son premier essai pour jouer deux rôles dans le même film. Ce film historique (qui contient aussi des scènes très drôles) se tient en 1600 dans le palais royal de la dynastie Joseon. Lee joue le Roi Gwanghae et Ha-seon, un paysan un peu intellectuel qui est recruté pour remplacer le Roi pendant la période où celui craint que quelqu'un ne porte atteinte à sa personne.

Gwanghae est une figure controversée de l'histoire de Corée. Il est connu comme étant sévère, même cruel, mais il est aussi perçu comme ayant été responsable pour acter les politiques humanistes et être un visionnaire.Le scénario du film imagine que les bonnes politiques sont l'oeuvre du double sympathique. Lee joue les deux rôles pour un effet sensationnel. Robert Abele du Times a loué Lee" qui fait une performance centrale".

"La chose la plus important était que le double soit aimé par le public", dit Lee, qui a imprégner Ha-Seon d'une chaleur palpable et lui a donné vie avec ses compétences physiques de comédie qui frôle parfois la grosse farce.

"J'étais inquiet pour les scènes comiques", dit Lee, "elles étaient risquées, trop de comédie physique pourrait être considérée comme une farce et ne pas être sophistiquée. Il fallait trouver le bon ton, contrôler, c'était vraiment difficile".

"Masquerade" est un film sérieux sur la bonté humaine, avec Ha-Seon qui apparait comme le héro du peuple.

Après la projection Lee s'est assis sur la scène pour être bombarder de question sur ses rôles et sa carrière.

Après la séance, l'épuisement de Lee est visible. un peu plus tôt il avouait que même si il est ravi d'être aux Etats-unis , il voudrait être à Seoul pour profiter du succès de "Masquerade".

"Ils battent tous les records" dit il" Je me sens si mal d'être ici. A chaque fois que je fais un film je vais en secret dans une salle et je reste en retrait et j'apprécie le moment. Je ris quand les gens rient, et quand ils pleurent, je ris".

Il sait que les grands rêves sont devenus une réalité pour lui.




Le père de Lee était un homme d'affaires énorme fan des westerns américains, particulier ceux où Clint Eastwood était en vedette, il est mort quand l'acteur avait 29 ans. Maintenant Lee vit dans la banlieue de Seoul avec sa mère dans une maison avec une cave pour le vin et une salle de cinéma. Quand il est venu pour mettre ses empreintes sa maman l'accompagnait.

"Elle a dit qu'elle était fière de moi", dit Lee, avec un regard plein de chaleur et distant, " et son ton père avait été là il aurait aussi été très fier"

LA Times

Source: thanks everythinglbh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview L.A. Times
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview de J Kabila publie dans le NY Times
» Le récit d'Harold Bride au New-York Times
» Gauri parle de SRK...interview de 2000
» La petite Emission #8 : Interview de Simon Bisley
» Interview Eric Cazalot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lee Byung Hun French Fan-Site. ::  :: News-
Sauter vers: